Catherine Landry Gabriel Lapierre

Catherine Landry et Gabriel Lapierre sont tous les deux étudiants au baccalauréat en art de l'École des arts visuels et médiatiques de l'UQÀM. Dans le cadre d'un cours intitulé "Problématique de la sculpture : les espaces publics ", dispensé par l'artiste et professeur Stéphane Gilot, ils ont pu participer à un concours élaboré en partenariat avec la Fonderie Darling afin de concevoir l'oeuvre semi-permanente qui intégrera la Place Publique à l'été 2018. Tout au long de l'année scolaire 2017-2018, l'ensemble des étudiants de ce cours ont été amenés à conceptualiser, développer et défendre leurs projets d'oeuvre d'art public au sein de la classe, puis en face d'un jury externe constitué de spécialistes. Lors de ce jury, les étudiants ont présenté le concept, la maquette, les échantillons et le budget de leurs projets. Les lauréats Catherine Landry et Gabriel Lapierre bénéficient ainsi d'un encadrement logistique et financier assuré par la Fonderie Darling pour produire leur Générateur Spectaculaire.

Catherine Landry

Les thèmes récurrents de la pratique artistique de Catherine sont liés aux stéréotypes de genre dans la société actuelle. Elle critique la culture populaire qui entretient souvent des propos problématiques et contribuent à forger un imaginaire collectif néfaste pour certaines communautés marginalisées. En utilisant une esthétique séduisante pour mieux attirer l’attention du public, Catherine le porte à se questionner. Puisqu'elle travaille souvent avec l’autoportrait, on trouve un aspect performatif dans son travail en vidéo et en photographie. Ces médiums lui permettent de créer des environnements séduisants et fantastiques dans lesquels elle peut performer. Le modèle masculin apparaît progressivement dans sa recherche. En travaillant de cette manière, Catherine inverse les rôles de dominances, toujours présents dans la société, en créant des projets où l’homme est objectifié par son regard d’artiste. Sa pratique s’étend aussi dans les procédés analogues, telles la photographie argentique et les techniques artisanales. Au travers de la poterie, Catherine propose un questionnement sur la place des arts mineurs, traditionnellement réservés aux femmes, dans le milieu artistique institutionnalisé.

Gabriel Lapierre

Gabriel travaille principalement sur l’idée de la réappropriation de la perception. Il utilise entre autres des systèmes empruntés aux traditions occultes occidentales (sigils, tarot, alchimie, talismans…) et s'intéresse aux théories du point de vue situé ainsi qu'au fonctionnement de l’effet placebo. Gabriel tente d’entreprendre un travail avec des implications politiques qui sont intimement lié à son mode de vie, flânant sur la scène musicale punk et folk underground du Québec et du nord des Etats-Unis depuis plus de 6 ans. 

Expositions récentes

2018

Ode à l'extase, projet vidéo diffusé sur la mosaïque de la Place des Arts