Barbara Steinman  /  Diving for Dreams

Observatrice attentive de ce qu’elle a jadis nommé les « strates d’impermanence », c’est-à-dire des trajectoires entrelacées du temps et de l’Histoire, des mémoires individuelle et collective, Barbara Steinman invite les visiteurs à une réflexion sur l’espace — sur ce lieu de la Fonderie Darling situé en plein cœur des transformations architecturales radicales et autres aménagements urbains du quartier, et dont le volume incarne à la fois le comble du luxe et comme une espèce en voie de disparition. Prenant le parti de laisser l’espace pratiquement vide, l’artiste effectue une série d’interventions lumineuses tout autour du périmètre de la Grande salle. Une composition en néon se déploie sur trois pans de murs bleu ciel et se livre comme un rébus, associant des dessins quasi enfantins à des silhouettes d’animaux sauvages. L’œuvre photographique Jour et Nuit (1989), initialement une commande in-situ pour le Musée des beaux-arts du Canada, est déplacée de son contexte et reconfigurée pour évoquer le souvenir d’une vie antérieure – celle du lieu, celle de l’œuvre, peut-être aussi la nôtre. Dans l’anfractuosité qui zèbre le grand mur de briques, au fond, se niche une pièce de verre et de miroir, comme un déclencheur de rêves animant toute la surface palimpseste du bâtiment. Une carte postale dissémine un « souvenir », à peine altéré, de la façade iconique de la Darling Brothers Foundry. L’exposition Diving for Dreams transforme ainsi l’ancienne fonderie en refuge et en maison temporaire, pour abriter les rêves d’enfance, les êtres et les espèces en danger, les promesses d’appartenance et le souci de l’autre. 

Ji-Yoon Han

Barbara Steinman

Reconnue pour son œuvre multidisciplinaire, l'artiste montréalaise Barbara Steinman a commencé sa carrière à Vancouver comme artiste vidéo. Au début des années 1980, elle a été co-directrice de Vidéo Véhicule, ainsi que de la Centrale Galerie Powerhouse, centres d’artistes autogérés. 

Les œuvres de Steinman ont été présentées dans de nombreuses biennales et expositions au Canada, en Europe, au Japon et aux États-Unis, dont le Museum of Modern Art de New York (MoMA), le Stedelijk Museum à Amsterdam, l'Art Institute of Chicago ainsi que le Musée des beaux-arts du Canada. L’artiste est récipiendaire du Prix du Gouverneur général pour sa contribution exceptionnelle en arts visuels et arts médiatiques (2002) et d’un doctorat honoris causa de la Faculté des beaux-arts de l’Université Concordia à Montréal (2015). Son travail est représenté par la Galerie Françoise Paviot à Paris et Olga Korper Gallery à Toronto.