Ana Garcia-Pineda

La pratique d'Ana Garcia-Pineda se fonde sur la narration et la construction de cosmogonies, qu'elle développe à travers des oeuvres installatives recourant au dessin, à l'audio, la sculpture et la vidéo. Elle recueille ainsi des histoires réelles et articule des faits épars dans le but de créer des récits qui donnent une nouvelle perspective sur la manière dont les choses fonctionnent. Elle invente des solutions poétiques, telles que Machine to make Alzheimer's only affect our sad memories (Machine pour que l'Alzheimer n'affecte que nos souvenirs tristes) ou Machine that allows suicide victims to give away the years they were supposed to live (Machine pour permettre aux victimes de suicide de redistribuer les années qu'elles étaient supposées vivre). Elle donne aussi des conseils absurdes: If you break promises, buy glue (Si vous rompez une promesse, achetez de la colle) ; If everything is shit don't walk without shoes (Si tout est de la merde, ne marchez pas sans chaussures) ; Don't lose hope or it will end up surrounded by unpaired socks (Ne perdez pas espoir ou celui-ci finira encerclé par des chaussettes dépareillées).

Garcia-Pineda est diplômée de l'Université des beaux-arts de Barcelone et de l'Universität der Künste Berlin. Récipiendaire du Meilleur Artiste Catalan (2015) et du Premier Prix Injuve (2009), elle a exposé son travail en Allemagne, Argentine, Autriche, Brésil, Espagne, Finlande, France, Italie, Paraguay, et aux États-Unis.

Expositions récentes

2017

There is no need to turn lights on when you are blindingly obvious (No necesitas una apisonadora cuando tu lógica es aplastante), Creadors en Residencia, ICUB-Consorci, C.C. Baró de Viver

2017

Fiction is a Reality Yet to Happen, Blanquerna Cultural Center, Madrid

2017

Blood is red and so are some apples, Palmadotze Gallery, Vilafranca del Penedès