Richard Greaves / Anarchitecte

À l'occasion de cette exposition, Richard Greaves investit exceptionnellement l'espace de la Fonderie Darling avec une installation réalisée in situ dans l'esprit des assemblages qui parsèment son terrain. Afin de rendre compte de l'œuvre monumentale et complexe qu'il a érigée hors-les-murs, l'exposition présente en parallèle près de soixante photographies inédites de grande dimension du Suisse Mario del Curto. Photographiant depuis plus de vingt ans à travers le monde les auteurs d'art brut et leurs créations, Mario del Curto rend compte, à travers ses prises de vue, du sentiment d'étrangeté et de déséquilibre éprouvé au contact des constructions de Richard Greaves. L'exposition propose également deux films créés pour l'occasion, consacrés à l'environnement architectural de Richard Greaves : l'un de Bruno Decharme (association ABCD, Paris), l'autre de Philippe Lespinasse (Ali Baba et les quarante voleurs productions, Bordeaux). Un environnement sonore conçu par Stéphane Mercier, à partir de sons captés sur le site de Richard Greaves, permettra au visiteur d'appréhender cette œuvre par l'ouïe. À ce titre, lors du vernissage, Stéphane Mercier réalisera une performance sonore qui rendra compte de la musicalité des œuvres architecturales de Richard Greaves.

Présentée à Montréal jusqu'au 20 novembre 2005, l'exposition Richard Greaves. Anarchitecte se rend ensuite à la Andrew Edlin Gallery (New York, États-Unis) du 19 janvier au 11 mars 2006, à la Collection de l'Art Brut (Lausanne, Suisse) du 5 octobre 2006 au 28 janvier 2007, et à la Pulperie de Chicoutimi (Chicoutimi, Canada) du 19 mai au 14 octobre 2007.

Réalisée par la Société des arts indisciplinés (www.sai.qc.ca / sai@sai.qc.ca), sous le commissariat de Sarah Lombardi et Valérie Rousseau, cette exposition présente le travail singulier de l'artiste autodidacte québécois Richard Greaves.

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier de Sandoz — Fondation de Famille, du Conseil des arts du Canada, de Pro Helvetia, de la Andrew Edlin Gallery et du Consulat général de France à Québec, et grâce au support de Solotech, Audiovisuel UQÀM et Laminatek. Nos remerciements à la Collection de l'Art Brut, à la Pulperie de Chicoutimi, à Werner Jeker et Ramón López (Les Ateliers du Nord — ADN) et à Laurent Cochet.

Richard Greaves

Depuis 1989, Richard Greaves se consacre à l'élaboration d'un vaste environnement architectural situé en forêt en Beauce (Québec), sur un terrain acquis avec des amis dans les années quatre-vingt, et où il a élu domicile. L'œuvre, en constante expansion, est composée de sculptures faites d'une multitude d'objets glanés au rebut, et de constructions — une vingtaine de cabanes et d'abris — réalisées à partir de granges abandonnées qu'il a démembrées et rapatriées sur son site. Célébrant l'absence d'angles droits et les principes d'asymétrie, les « anarchitectures » érigées par Richard Greaves semblent au bord de l'effondrement, défiant les lois de la pesanteur.