é épontes

Actions, manœuvres et gestes performatifs autour et à travers des parois et des murs. Art audio in situ, monstrations low-tech et acte de présence in socius.
 
Avec des performances et manœuvres :

Second regard (Alexandre St-Onge et André Éric Létourneau, Montréal)
Anne-Marie Grondin (Montréal, Canada)
Philippe Philémon Bézy (Austin, Texas)

Alexandre St-Onge

Alexandre St-Onge est un artiste audio, un musicien/improvisateur (contrebasse, basse, voix et électroniques) ainsi qu’un performeur sonore. Il est fasciné par la créativité en tant qu’approche pragmatique de l’insaisissable et a réalisé dix disques solos.
Il joue aussi dans plusieurs groupes musicaux : Et Sans, K.A.N.T.N.A.G.A.N.O., Klaxon Gueule, Pink Saliva, mineminemine, Shalabi Effect et undo. Comme concepteur sonore il travaille et/ou a travaillé avec la compagnie d’art médiatique kondition pluriel et les artistes Marie Brassard, Karine Denault, Lynda Gaudreau, Line Nault, Jérémie Niel, Maryse Poulin et Mariko Tanabe.

André Éric Létourneau

André Éric Létourneau est actif dans les mondes de l'art, la production de l'espace, les arts sonores et l'écriture depuis années 80. Il s'intéresse particulièrement à la sphère publique comme matériau d'intervention. Ses manoeuvres récentes comprennent un projet de 200 rencontres individuelles s'étendant sur une série de 12 ans, « Standard II », récemment présenté à la Biennale d'Afrique de l'est ; « Réflexions sur le projet de Saint-Thomas » (Biennale de Paris, 2006-2011) , « ils » « viennent » : Khédive et Malmelouk (hörspeil/opéra, work-in progress, Voix d'Amériques 2011), et le cd/livre Standard III (Radio-Canada + PPT\Stembogen, Paris) à paraitre en 2014.

Anne-Marie Grondin

Se consumant avec bonheur à plusieurs pratiques de l'art vivant, Anne-Marie Grondin trouve dans l'art de la performance une façon de rallier plus sûrement encore disciplines et convictions personnelles, les laissant ainsi, amicalement, s'entredévorer ! 

Formée en danse contemporaine (interprétation-création / UQAM 1997), Anne-Marie Grondin a étudié, dans le cadre de la maîtrise en théâtre, la création scénique et le théâtre multimédia (Carole Nadeau). Intéressée par l’apport de la vidéo et du son dans la création scénique, elle réalise, en 2005, une création théâtrale multimédia Carnet Urbain #1(2005, ÉST-UQAM) présentée en mars 2007 à la Maison de la Culture Maisonneuve.

Animatrice de radio de 2000 à 2012 (CIBL), elle est aussi interprète au théâtre, ainsi pour le cinéma «L'exercice» (Anabelle Lavoie, Concordia, sélection Fantasia 2013) et «Un après-midi avec Paolo» (Anabelle Lavoie, sélection Fantasia 2014). En février 2014, elle présente une performance à l'événement «Brûler le bouddha», dans le cadre des Chantiers Libres, aux Ateliers Jean-Brillant et collaborera, le 10 août prochain à l'installation «Humains de jardin» au Jardin Botanique; un événement réalisé par François Grisé.

Philippe Philémon Bézy

Philippe Philémon Bézy se concentre sur le bruit électrique, sondant les possibilités offertes par le concept de "Minimono" décrit par John Shirley dans sa trilogie "Eclipse". 
Les projections de cervidés relèvent d'une recherche de la simplicité, libre de "cablage" ou d'extensions électriques. une canette de bière se fait découper, dans la fenêtre il y a un masque "punché" dans du papier aluminium. Du sable sert à stabiliser ladite canette et à ajuster la hauteur d'une chandelle pour que sa flamme soit devant la fenêtre découpée. L'icone du masque provient d'une perforatrice chinoise, produit de masse relevant de la papeterie ou des jouets d'enfants. Ce masque est posé à l'envers pour apparaître à l'endroit une fois "focusé" par une lentille/loupe. Cette recréation des anciennes lanternes magiques allie une approche "low tech" avec un rendu évocateur de l'art pariétal dans un télescopage intemporel.