Nicolas Lachance / Framing Smoke / Cadrer la fumée

Commissaire : Caroline Andrieux

Discussion avec l'artiste et la commissaire le jeudi 20 mars à 18h.

Cadrer la Fumée/ Framing Smoke se présente comme un laboratoire offert à l’expérimentation de Nicolas Lachance et réunit un ensemble d’œuvres de différentes factures qui, mises en conversation, questionnent les mediums de la peinture et de la photographie. Par effet de résonnance, oscillant entre produit de masse et aléatoire, préfabriqué et procédé, l’artiste interroge les stratégies propres à la création d’une image et d’une composition, les relations entre production et reproduction, tout en habitant des styles et des formes historicisés.

L’artiste ne cherche pas (ou que très rarement) à composer, mais préfère reproduire, coller, transposer des photographies (Recollection) et des objets de la réalité (Filtres), ou encore laisser l’image se former d’elle-même (Bloom), visant à retenir le geste créateur. Parallèlement, s’entremêle une avalanche de styles et de techniques, signifiant le détachement de l’artiste vis-à-vis d’une quelconque famille artistique tout en démontrant son habileté à les explorer toutes. Y fait écho un flux d’images mortes, posters plastifiés que la société génère jusqu’à saturation, puis abandonne, au coin d’une rue ou d’un disque dur (Recollection). Lamination, démultiplication et mise à l’échelle par commodité sont autant d’étapes qui privent ces reproductions de leur aura. L’artiste collectionne ces résidus pour mieux les sceller d’un canevas blanc, marouflant telles des momies les images de la mémoire collective.

La série Bloom est la trace du geste antinomique de construction et déconstruction, soit celui de peindre et dépeindre la surface du tableau. Une superposition de couches monochromes ultraminces est apposée, puis, dans un processus contraire à cette accumulation, l’artiste retire de la matière de cette surface par sablage. Se révèlent alors, de manière improbable, des images abstraites qui remettent en question le principe même de la composition. De nouveau, ces images apparaissent scellées, sous une surface polie dont l’ambiguïté suggère la qualité photographique.

Nicolas Lachance

Nicolas Lachance vit et travaille à Montréal. Il est titulaire d'un baccalauréat de l'UQAM (2009). Son travail aborde différentes modalités d'apparition et de disparition de la représentation en rapport avec l'image peinte. Des questions relatives au temps photographique impliquant la trace et l'empreinte sont devenues une source de dialogue pour réfléchir aux spécificités de la peinture. Au cours des dernières années, il a présenté son travail notamment au centre Regart à Québec, au centre Clark et à la galerie Lilian Rodriguez. Ses oeuvres font partie de la collection Prêt d'oeuvres d'art du MNBAQ ainsi que de collections privées au Canada.