Marie-Michelle Deschamps / L*

L*

En conversation avec Nicole Bachmann (CH), Michelle Lacombe (CA), Rebecca La Marre (CA), Bryan-K. Lamonde (CA), Maude Léonard-Contant (CA/CH), Anne-Marie Proulx (CA), Sarah Rose (UK) et Carl Trahan (CA)

commissaire : Anne-Marie St-Jean Aubre

À la Fonderie Darling, l’artiste canadienne Marie-Michelle Deschamps propose un projet qui émane d’un dialogue avec Louis Wolfson, auteur schizophrène américain qui a souhaité éliminer l’anglais de son expérience du monde pour le remplacer simultanément par un mélange de français, d’allemand, d’hébreu et de russe, tout en échouant, bien sûr, à y parvenir. L'exposition est le fruit d'un échange entre Deschamps et des artistes et auteurs d’origines anglophone ou francophone, vivant au Canada ainsi qu'à l’international. Elle prendra la forme d’un espace où les voix des participants seront mises côte à côte, sans toutefois se fusionner, afin qu’un dialogue inter-linguistique puisse émerger et qu’un nouveau « langage » soit créé. L'ensemble du projet questionne le statut « d’auteur » et se penche sur l’idée du partage des connaissances en réfléchissant aux pratiques inclusives et aux pratiques de contamination croisées. Avec L*, Deschamps poursuit ses recherches visant à « habiter le langage », un concept qu’elle a exploré pour la première fois avec l’écriture du livre d’artiste La chambre double (2012).
 
Marie-Michelle Deschamps est également exposée à Battat Contemporary à Montréal du 7 au 30 avril 2016.

Atelier 

Samedi 9 avril à 13h (gratuit, sur inscription)

My mother was an animal until I grew my second set of teeth [Ma mère était un animal jusqu’à ce que poussent mes dents d’adulte]
Atelier de Rebecca La Marre et Marie-Michelle Deschamps 

 

Marie-Michelle Deschamps

Marie-Michelle Deschamps explore dans son travail les problématiques du processus de signification, et joue avec les frontières fragiles qui organisent le monde. De la lettre au mot, du mot à l’image et à l’objet, ses installations dissèquent, déconstruisent et réinventent le langage pour mieux interroger la relation entre les mots et les choses, et ce, en donnant à voir entre les lignes du texte le langage comme expérience.

Née à Montréal en 1980, elle est revenue s’y installer après avoir vécu en Suisse, et après avoir obtenu une maîtrise en arts visuels de la Glasgow School of Art en 2012. Ses expositions récentes comprennent The Working Day, Galerie Gregor Staiger, Zurich (2017); That Cool Decline, Occidental Temporary, Paris (2016); L*, Fonderie Darling, Montréal (2016). Prochainement elle présentera son travail au Austellungraum Kligenthal, Basel et à YYZ, Toronto.

         galerie uqo