Kelly Mark

Kelly Mark trouve son inspiration dans des objets et des scènes de la vie quotidienne qu’elle manipule et détourne pour en montrer toute l’absurdité. À la fois radicale et pleine d’humour, son œuvre rend poétique la banalité de notre société, tout en posant un regard autocritique sur l’acte de création. Interventions simplistes, répétitions improductives, collections d’objets trouvés inutilisables : tout en élargissant la portée de sa signification, l’artiste questionne le statut de l’œuvre d’art. Utilisant une technologie obsolète, The Kiss (2007) de Kelly Mark fait référence à une saturation d’informations qui nuit au romantisme : l’artiste positionne ainsi face-à-face deux moniteurs à tubes cathodiques à l’image saturée, dont le contact simule un baiser.

Biographie

Kelly Mark vit et travaille à Toronto. Son travail a été exposé au Canada et à l’international. Il figure notamment dans les collections publiques du Musée des beaux-arts du Canada, de la Banque d’art du Conseil des Arts du Canada, du Musée des beaux-arts de l’Ontario et du Musée d'Art Contemporain de Montréal. Le public montréalais a eu l’opportunité de voir les œuvres de Mark lors de son exposition personnelle au centre Vox (2008), d’une performance à DHC/ART (2009) et d’une exposition présentée conjointement par la Fonderie Darling et par Silver Flag Projects (2011). Kelly Mark est représentée par la Olga Korper Gallery à Toronto.

Expositions récentes

2017

Back Burner, Olga Korper Gallery. Toronto, Ontario

2016

Curmugedon, Diaz Contemporary, Toronto, Ontario

108 Leyton Ave, IKON Gallery (Tower Room), Birmingham, England

2015

108 Leyton Ave, Univeristy of Waterloo, Waterloo, Ontario

2014

Nothing is Larger Than Everything, Diaz Contemporary, Toronto, Ontario