Guillaume La Brie / Les Œuvres qui n'étaient pas là

Guillaume La Brie utilise le stratagème de l’épargne pour représenter deux monuments de l’histoire de l’art s’observant, malgré leur absence, dans la grande halle industrielle de la Fonderie Darling. L’empreinte de George Washington, placée de surplomb sur une corniche faisant office de socle, se découpe à travers un amoncellement organisé et préfabriqué de meubles blancs sur le grand mur de brique. En vis-à-vis et symétriquement opposées, un totem de commodes de style, faites en série à partir de contre-plaqué de bois et empilées l’une sur l’autre, laissent apparaître en leur centre homogène la découpe de la forme brute d’une sculpture Moaï de l’île de Pâques. Anachronisme ou choc de cultures, représentant invisible d’un monde clos et éteint contrastant avec celui d’un monde impérial en constante expansion, les sculptures en représentation négative sont-elles une réponse de Guillaume La Brie au monument de vide qu’est l’espace de la Fonderie Darling? Confronté à la mise en scène particulière de ces sculptures, le visiteur est invité à prendre part au dialogue en se positionnant dans l’espace.

 

Guillaume La Brie

Guillaume Labrie vit et travaille à Montréal où il a obtenu sa maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM en 2007.

Depuis 2002, Guillaume La Brie a présenté son travail dans plusieurs lieux d’expositions au Québec tel Skol, Circa, B-312, Clark à Montréal et Axenéo 7 à Gatineau. Il a aussi participé à plusieurs expositions de groupes, résidences internationales et événements, notamment les manifestations organisées par l’organisme Pique-Nique dont il est membre fondateur.