Luiza Proença

Luiza Proença s'intéresse aux pratiques qui reconfigurent l'organisation et la distribution du travail culturel, suscitent l'implication collective, et ne craignent pas les différences, les désirs ni les tensions qui peuvent se manifester à travers le temps. Son travail commissarial prend pour point de départ l'urgence du contexte local et se déploie à travers un processus à la fois dialogique et transversal. Proença cherche ainsi à élaborer des espaces et des situations qui peuvent accueillir des interprétations alternatives des notions d'œuvre et d'art. Se réclamant d'une posture toujours éthique et politique, elle s'est récemment impliquée dans des projets et des conversations autour de l'art et la décolonisation, ainsi que des manières autochtones d'appréhender le monde. Lors de sa résidence à Montréal, Proença souhaite établir des contacts qui puissent nourrir ces débats encore balbutiants dans son pays et, éventuellement, développer une plate-forme d'étude collective des diverses situations qui émergent dans le champ de l'art autochtone au Brésil et dans d'autres pays des Amériques.

Biographie

Au cours des dix dernières années, Luiza Proença a occupé des postes de commissaire d'exposition et de recherche, de direction éditoriale et de coordination éducative au sein de plusieurs institutions au Brésil, telles que les biennales de Mercosul et São Paulo, ainsi que le Museu de Arte de São Paulo (MASP). Détentrice d'une maîtrise en études de la subjectivité et psychologie clinique de l'université pontificale catholique de São Paulo, elle complète actuellement un mandat de recherche pour le projet international Bauhaus Imaginista, dirigé par Marion von Osten et Grant Watson, sur les échanges et les dialogues entre le Bauhaus et les modernismes non-européens.