Diana Shearwood / Silo N°5

La vénération de Quartier Éphémère pour le silo n°5 a été omniprésente depuis la fondation de l’association au 16 de la rue Prince. L’emblématique et majestueux bâtiment industriel, faisant face à l’entrée principale du feu centre d’art, a inspiré de nombreux artistes*. En confiant à Diana Shearwood l’initiative de photographier le silo à grains, Quartier Éphémère ne souhaitait pas un reportage documentaire. Sous la forme d’une résidence sur une période de deux ans, Diana Shearwood avait librement accès au bâtiment et à une interprétation personnelle de celui-ci**. Un choix subjectif d’une dizaine de clichés couleur a été fait parmi plus de 500, puis imprimés en grand format sur un support « industriel » de type matière vinyle***. Privilégiant l’angle intimiste plutôt qu’une approche démonstrative, les photos de Diana Shearwood nous offre une visite « intérieure » et énigmatique du bâtiment qui révèle sa massivité et entretien sa légende. Depuis 6 ans, Diana Shearwood travaille sur des séries de photographies ayant pour thème l’architecture, la transformation du paysage urbain et les ruines modernes. Agissant comme un révélateur, elle propose une autre lecture de ces lieux à l’abandon: anciennes usines industrielles, motels californiens dévastés; et transforme ces environnements en de véritables natures mortes. La première série de photographies en 1998 intitulée Zone, a retracé la métamorphose d’un bâtiment industriel vacant en un haut lieu technologique - soit le nouvel aménagement de l’espace de Discreet Logic dans le faubourg des Récollets.

 

Projections, Atelier in situ, Panique au Faubourg, Tartarus, Thomas Macintosh
** Dans le cadre du projet Silophone avec l’aimable participation du Port de Montréal
*** Du Tyvek qui sert habituellement comme isolant dans la construction

Diana Shearwood

Diana Shearwood vit et travaille à Montréal. On a pu voir ses œuvres dans des expositions individuelles pour le mois de la photo à la Galerie Eric Devlin, la Galerie Luz, chez Stephen Bulger à Toronto, et en expositions de groupe: le printemps du Québec à Paris, Usines Éphémères, Québec à New-York Silophone, the Kitchen et à Western Front, Vancouver.Diana Shearwood a également présenté son travail dans le cadre de l'exposition Death of the Party et à l'exposition collective Main D'Œuvre, organisée dans le cadre du Printemps du Québec en France.