Conversation autour du fleuve : Mary Anne Barkhouse, Geneviève Dupéré & Susan Turcot

Dans le cadre de l'exposition Sans toit ni loi : les cétacés du Saint-Laurent, trois artistes invitées par Cynthia Girard-Renard dialoguent autour de leurs projets sur les baleines et les écosystèmes marins.

L'événement est animé par Cynthia Girard-Renard et Ji-Yoon Han. Il a lieu en français et en anglais, avec traduction spontanée vers l'autre langue.

 

DÉTAILS À VENIR

 

Mary Anne Barkhouse est née à Vancouver, CB, mais possède des liens solides avec les deux régions côtières par sa mère issue de la bande de Nimpkish, de la Première Nation Kawkiutl établie à Alert Bay, CB, et par son père de Nouvelle-Écosse aux origines allemandes et britanniques. Barkhouse s’inscrit dans une longue lignée d’artistes de la Côte-Ouest de réputation internationale, incluant Ellen Neel, Mungo Martin et Charlie James. Diplômée avec honneurs de l’Ontario College of Art à Toronto, elle a exposé son travail de manière extensive au Canada et aux États-Unis et son œuvre fait partie de collections majeures à travers le Canada. L’expérience personnelle et familiale de la gestion du territoire et des eaux conduit Barkhouse à interroger dans son travail les enjeux écologiques et les rapports interculturels à travers l’usage de l’imagerie animale. S’inspirant des questions concernant l’empire et la survie, l’artiste crée des installations qui répondent à l’histoire et à l’environnement par l’examen des subjectivités. Elle vit et travaille dans les Haliburton Highlands en Ontario.

Depuis les années 1990, Susan Turcot s'intéresse aux processus écologiques et économiques à grande échelle, tels que la déforestation et l'exploitation d'autres ressources naturelles, ainsi qu'aux personnes, travaillant et se documentant souvent in situ. Le dessin est au cœur de ses pratiques de travail, qui comprennent la sculpture, le film et des œuvres participatives. Les œuvres de Turcot ont été présentées à la Biennale de Montréal (2007, 2014) et à la Biennale de Saõ Paulo (2006). Ses dessins font partie de plusieurs collections, dont celles du Musée des beaux-arts du Canada et du MOMA à New York. Susan est résidente d'été à long terme à Tadoussac où elle travaille actuellement avec un écologiste comportemental béluga, le GREMM, et la coalition du Fjord contre le projet de gazoduc.

Au croisement des disciplines et des cultures, la pratique de Geneviève Dupéré s’est définie à travers des créations de toutes envergures au cours des vingt dernières années. Celles-ci l’ont menée tant en tournée internationale pour diverses compagnies circassiennes, qu’aux cérémonies des Jeux de Sotchi pour la création de 9 chorégraphies aériennes au nom de la Compagnia Finzi Pasca ou à Montréal pour la direction du contenu artistique et historique d’Avudo, projet phare du 375e anniversaire. S’appuyant sur la versatilité de son parcours, elle arrime depuis 2017, un projet acrobatique à partir de l'écosystème marin du Saint-Laurent, impliquant plus de 200 collaborateurs intersectoriels.