Michele Fiedler

Michele Fiedler voit la pratique curatoriale comme une forme possible d’activisme, une plateforme qui offre les moyens de produire, et de rendre public, une pensée et un savoir critique qui n’est pas au centre des discours dominants. Elle s’intéresse à la manière dont l’information est générée et dispersée, à la manière dont elle participe à la construction d’idées normatives, à leur subversion, et à la manière dont l’art peut être un espace démocratique et expérimental qui favorise la conversation. Par le biais d’expositions et de projets de recherche, elle a créé des espaces pour l’art politique axé sur les notions de genre et les mouvements LGBTTIQ, les différentes cosmovisions non occidentales et les pratiques artistiques qui ne font pas d’emblée partie du canon historique plus large. À cet égard, elle s’intéresse à la manière dont le Canada a reconnu les abus perpétués envers les Premières Nations et le pillage de leur territoire, leur marginalisation, leur violation, leur objectivation et leur mystification. Elle s’intéresse à la manière dont le travail des artistes et des conservateurs met de l’avant ces expériences et ces modes de pensées non basés sur les traditions occidentales.

Michele Fiedler souhaite que l’enceinte d’un musée soit un espace culturel englobant et généreux, avec le devoir d’inclure un programme diversifié abordable ou gratuit pour son public. Dans son travail, elle transforme les espaces en des lieux engageants, en incluant des performances, du son, de la musique, des films, des discussions et des lieux de repos. Pendant sa résidence à la Fonderie Darling, Michele effectue des recherches dans les archives de l’architecte Cedric Price et poursuit des lectures sur Lina Bo Bardi, afin d’identifier les idéaux passés d’engagement, de temps, de travail et d’espaces de loisirs qui ne sont pas commerciaux, mais culturels.

 

Biographie

Michele Fiedler est une commissaire, chercheuse et écrivaine portoricaine, basée au Mexique depuis sept ans. Elle a été commissaire à la Sala de Arte Público Siqueiros de Mexico (2016-2019) et a travaillé comme chercheuse associée pour le projet Below The Underground : Renegade Art and Action in 1990s Mexico qui s’est déroulé à l’Armory Center de Pasadena, en Californie, dans le cadre de l’initiative Getty’s Pacific Standard Time LA/LA. Elle a été commissaire en résidence à l’espace indépendant Disjecta à Portland, Oregon (2016-2017) et à la Fondazione Sandretto Re Rebaudengo à Turin, Italie (2012).

Expositions récentes

2019

Autorreconstrucción: Insistir, Insistir, Insistir: A collaboration between Abraham Cruzvillegas and Bárbara Foulkes with many invited artists, dancers, writers, musicians, and teachers including Andrés García Nestitla, La Bruja de Texcoco, Diego Espinosa, Brenda Lozano, Benito González amongst many others. La Tallera, Cuernavaca, Mexico.

All The Centuries are A Single Instant: individual exhibition of Mexican Artist Cynthia Gutiérrez. La Tallera, Cuernavaca, Mexico.

What Do I Hear When I Hear Time Flow?: Solo project/new commission of Mexican Artist Rodrigo Hernández. Sala de Arte Público Siqueiros, Mexico City, Mexico.

The Construction of The Stranger: Mural project/new commission of Dominican Artist Madeline Jiménez Santil. Sala de Arte Público Siqueiros, Mexico City, Mexico.

 

2018

The Sixth State solo project/new commission of Guatemalan artist Naufus Ramírez-Figueroa. Sala de Arte Público Siqueiros, Mexico City, Mexico.

Collective Model for an Affective Institution (Essay no. 1) project with Argentinian artist Ad Minoliti with a group of ca. 30 collaborators who lended zines, gave lectures, overtook the museum shop, and organized feminist events and meetings. Sala de Arte Público Siqueiros, Mexico City, Mexico.

The Alchemists mural project/new commission of Chilean artist Alejandra Prieto. Sala de Arte Público Siqueiros, Mexico City, Mexico.

Matter of Time solo project/new commission/ performance of Mexican Artist Gina Arizpe. Sala de Arte Público Siqueiros, Mexico City, Mexico.