Sylvia Safdie  /  As I Walk

La Grande salle de la Fonderie Darling est investie cet automne par l'exposition As I Walk, nouvelle itération de la précieuse collection de minéraux et de végétaux de l'artiste montréalaise d'origine libanaise, Sylvia Safdie. Glanés lors de ses marches, à l'occasion de ses nombreux voyages à travers le monde et dans son proche environnement, ces innombrables éléments organiques se présentent regroupés méthodiquement par famille de matière et de forme, bien que parfois classés selon une logique mystérieuse, propre à l'artiste. Fascinée par les interactions entre les éléments de la nature et le corps humain - pierres aux allures de pieds ou de tête, feuilles et bois séchés aux galbes élégants, branches aiguës comme des armes, fruits alléchants figés dans leur décomposition, eaux sensuelles d’une rivière sur une roche humide…- l’artiste utilise cette matière brute et la réorganise tel un immense album ou herbier poétique et philosophique, destiné autant à l'étude qu'à la rêverie. Sans les tailler ni les altérer, elle associe ses trouvailles le plus souvent les unes aux autres, parfois les prolongeant, les contenant, les répliquant par la technique de la ferronnerie ou du moulage. Selon différentes configurations ou grilles préétablies, les objets sont installés à même le sol, disposés soigneusement sur des étagères, suspendus depuis le plafond ou encore leur image est projetée sur la surface de béton. Rappelant la rigueur du travail d’une scientifique qui déploie ses recherches, tout autant que celui d’une enfant qui dévoile les trésors de ses quêtes, l’œuvre de Sylvia Safdie oscille entre le sérieux d’une démonstration et la légèreté d’un jeu obsessif. Elle évoque également le déplacement et la délocalisation, une situation que Sylvia Safdie a personnellement vécu dans sa jeunesse, tout en véhiculant un message d’union à travers le monde.

 

Cette exposition est aussi intimement liée à l'histoire de la Fonderie Darling, car une des œuvres présentée ici et gracieusement prêtée par le Musée des beaux-arts de Montréal, Gina, a été produite à la fonderie industrielle lorsqu’elle était encore en pleine activité en 1988. L'atelier de Sylvia Safdie, situé à quelques pas de la Fonderie Darling est un des magnifiques derniers petits bastions industriels transformés en ateliers d'artistes depuis plus de 50 ans, en péril aujourd’hui. En transposant quasiment tel quel l'atelier de l’artiste à l'espace d'exposition, la Fonderie Darling a voulu souligner la grande perte des bâtiments industriels dans le quartier, non seulement pour le patrimoine architectural mais aussi pour les artistes qui y trouvaient des espaces de travail idéaux pour exercer leur art. 

 

Texte de Caroline Andrieux

 

Sylvia Safdie

Née à Aley au Liban en 1942, Sylvia Safdie a vécu sa jeunesse à Haïfa, en Israël, avant de déménager avec sa famille au Canada en 1953, où elle vit et travaille. En 1975, elle obtient son baccalauréat en Beaux-Arts de l’Université Concordia. 

Durant sa carrière, Sylvia Safdie a été récipiendaire de nombreuses bourses et prix, notamment celle de l’institut Thomas More (1991) et de la Galerie du Centre des arts Saidye Bronfman lors de la Première Biennale des Artistes Québécois (1977). Son travail a fait l’objet du film Earth Marks, réalisé par Doina Harap (2000) et de nombreux ouvrages, tel que récemment celui de Eric Lewis, The Video Art of Sylvia Safdie (2013). Elle est représentée par la Galerie Joyce Yahouda.