Philippe Battikha  /  Someone's always listening

À l’occasion de cette première exposition personnelle d’envergure, Philippe Battikha poursuit ses réflexions sur l’entrecroisement entre les arts visuels et sonores dans une approche où le détournement d’objets du quotidien sert une vision anti-commerciale. Someone's Always Listening prend ainsi la forme d’une installation sculpturale et kinétique composée de tapis de dynamitage, conçus par l’entreprise québécoise Dynamat. Utilisés pour minimiser l’impact des explosions, contrôler les vibrations du sol et bloquer la projection de débris, ces géotextiles dérivés de pétrole sont fabriqués à partir de pneus de voiture recyclés et demeurent essentiels aux sites de démolition, qu’ils soient localisés dans des carrières d’exploitation ou dans le contexte urbain. À Montréal, une ville qui prend l’aspect d’un chantier de construction permanent, ces tapis de pneus font partie intégrante du quotidien, bien que leur présence nous soit souvent dissimulée par de hautes façades de protection. Remarqués pour la première fois par l’artiste des fenêtres de son ancien atelier, situé au coin des rues Beaubien et Durocher, ces objets incongrus en caoutchouc lui sont restés en tête jusqu’à devenir le cœur de cette exposition.

En observant les tapis de plus près, ces pneus lacérés tissés sur des câbles d’acier, force est de constater que la nature même du matériau porte à confusion, en ressemblant vaguement à de la peau de reptile ou à une masse noire mouvante. À la Fonderie Darling, Philippe Battikha utilise l’imaginaire du souffle, la puissance de pompes hydrauliques et la subtilité du son pour animer ces tapis de pneus déplacés jusque dans la Petite galerie. Par le prisme de l’anthropomorphisme, l’artiste s’intéresse à la portée symbolique de ces objets qui permettent à la fois de faciliter une destruction violente et de contenir les dommages de la démolition. Battikha cherche par le fait même à mettre de l’avant une dualité qui caractérise généralement notre expérience urbaine et particulièrement celle des artistes en ville : le sentiment d’exalter et d’étouffer simultanément.

 

Texte de Milly-Alexandra Dery 

 

Philippe Battikha

Philippe Battikha est titulaire d’un baccalauréat en Études des Musiques Intégratives et d’une maîtrise en Studio Arts (concentration Intermedia) de l’Université Concordia. Il a bénéficié de nombreuses bourses et distinctions, dont le programme d’accompagnement et de mentorat du MAI (Montréal, arts interculturels). Il est co-fondateur de l’étiquette de disque Samizdat Records (SZR), basée à Montréal et à Brooklyn. De 2008 à 2012, il a été membre fondateur du projet d’artistes L’Envers à Montréal.