Tu m'enveloppes et je te contiens

CHRISTOPHE BARBEAU

SAMEER FAROOQ                           

NAAKITA FELDMAN-KISS

STEVE GIASSON

ALEXIS GROS-LOUIS

ALEXIA LAFERTÉ COUTU

CATHERINE LESCARBEAU & MANOUSHKA LAROUCHE

MARION LESSARD

GUILLAUME ADJUTOR PROVOST

LAN FLORENCE YEE  

Pour célébrer ses vingt ans, la Fonderie Darling s’engage dans une programmation d’automne introspective, autocritique et ambitieuse, lancée avec l’exposition de groupe Tu m’enveloppes et je te contiens qui se déploie dans les deux espaces d’exposition et au sous-sol des bâtiments. Sous le thème de la mémoire, dix artistes revisitent l’histoire du lieu en proposant des œuvres originales, créées en réponse à sa programmation, aux objets de sa collection d’œuvres d’art, à son architecture ou au passage de son ancien statut de friche industrielle à celui d’un lieu d’art actuel emblématique de la scène culturelle montréalaise.

Reconstitutions fidèles ou actualisées, réactivations d'œuvres et appropriations servent de point d’ancrage pour repenser cet héritage culturel important. Par une appropriation intellectuelle, matérielle, engagée ou critique d’un sujet, d’un fragment historique, ou à partir d’une réflexion sur les dispositifs d’expositions, les artistes s’interrogent sur la nature construite de l’histoire et de l’archive, sur la manière dont le présent se superpose au passé pour laisser une trace quasi spectrale de ce qui a été, des gens qui y sont passés et des événements qui y ont pris place. À travers le regard des artistes, cette exposition est l’occasion de découvrir  l’histoire extraordinaire de la Fonderie Darling, tout en valorisant la pluralité des récits qui constituent notre rapport sensible à la conscience culturelle d’un lieu.

Une telle démarche cherche à multiplier les points de vue et résulte dans un amalgame d’expériences diverses : appréciations contemplatives, mises en abyme conceptuelles, jeux de corps et d’échelles et impressions de déjà vu sont autant de registres explorés par les artistes pour parler de la Fonderie Darling. Plusieurs de ces derniers opèrent d’ailleurs selon des gestes associés aux pratiques du commissariat, comme l’acte de filtrer, de synthétiser, d’encadrer, de se remémorer, de transformer un espace ou d’exposer un objet. Extrait d’une déclaration d’amour entre deux personnages de la pièce de théâtre Le Balcon de Jean Genet, le titre évocateur Tu m’enveloppes et je te contiens réfère subtilement au rapport fusionnel qui peut exister  entre le travail de l’artiste et celui du commissaire, à cette dynamique complexe dont l’un et l’autre se nourrissent pour repenser la forme de l’exposition.